Accueil > Les Pros du 3ème type > Entropicrosopht se mort la queue

Entropicrosopht se mort la queue

26 décembre 2017, par Gwenaëla Caprani

Lu / entendu quelque part sur Internet

Le premier a dit / écrit

le .Net est totalement libre
eeeeh oui
Visual studio gratuit, community edition, CLR completement ouverte... nan, vraiment, Microsoft a beaucoup changé depuis les années Windows 3.1

Le deuxième lui a répondu

Tu t’es fait avoir !
Il y a un énnoooorme business modèle derrière le "libre" de microsophft. Microsophft ne vend plus de logiciel, il vend les formations aux logiciels imbuvables qu’il fait fabriquer exprès pour être imbuvables.
De plus, son langage et surtout son logiciel transforme les développeurs en "commerciaux microsophft", qui vont "vendre" dans leur boîtes les solutions microsopht pour ne pas avoir à les développer eux-même.
J’ai développé en .net, je suis tombé sur des énormes bugs de conception de Microsopht, et les développeurs .Net me disaient que c’était moi qui faisait des bugs. microsophft ne fait pas de bug, c’est le développeur qui est mauvais parce qu’il ne sait pas encore contourner les bug de microsphft (en suivant les formations microsphft, probablement… puisqu’il ne faut pas obéir à la "logique" mais à sa connaissance des problèmes de microsophft. )

Entropicrosopht est bâti comme un crocolion

JPEG - 66.7 ko

"Titi, petit garçon passionné par le continent africain, teste les capacités de son père sur le sujet. Ce dernier, assis dans son fauteuil, se prête volontiers au jeu et répond à toutes les questions sans se tromper. Il passe aux yeux de son fils pour le « plus savant du monde ». Mais Titi n’a pas dit son dernier mot. L’animal le plus méchant d’Afrique n’est pas le lion ou le crocodile, comme le prétend son père, c’est le Crocolion. Une espèce tout à fait particulière, dotée de deux têtes, l’une de lion et l’autre de crocodile. Mais alors, comment fait-il caca ? Il ne peut pas, c’est pour ça qu’il est très méchant !"

Microsoft deviendra de plus en plus méchant

Comment l’arrêterons-nous ?

Répondre à cet article